Allez ! Qu’est-ce qu’on attend pour s’inscrire à ce Festival ? Zut, quoi !

Dans le monde du Théâtre Amateur, il est assez aisé de se faire une petite réputation, que ce soit pour un artiste, pour un groupe, pour un metteur en scène.

Il est, en effet, relativement simple de plaire à un public conquis d’avance. La base, nous le savons, des spectateurs d’une troupe non-professionnelle est constituée principalement de « supporters » en tous genres : famille, amis, collègues, sympathisants. Mais l’on constate, aujourd’hui, l’arrivée d’un public nouveau, curieux, qui aime les découvertes. On ne peut que s’en réjouir !

Et si on allait voir ailleurs si l’herbe… ?

Et si, au lieu de tourner un peu en rond, on partait à la découverte ? Si on envisageait d’autres façons de faire du théâtre ? Si, au lieu du sempiternel Le dîner de cons ou Le canard à l’orange (nous exagérons à peine), on s’éveillait à un autre style de répertoire ?

Déjà, la Flandre nous montre l’exemple dans ses choix audacieux, souvent percutants.  Mais vous cherchez l’exotisme dans vos déplacements car Gand et Anvers vous semblent trop proches ? Alors, l’Europe s’ouvre à vous !

Déjà que pour vous inscrire à un festival, vous êtes, d’abord, simple candidat, dossier complet du spectacle et DVD indispensables. Commence alors la période la plus excitante : l’attente. Comment le jury de sélection recevra-t-il votre spectacle ? Sera-t-il conquis ? Le programmera-t-il ? Quel sera l’avis final ? C’est excitant car tout est nouveau. C’est fait ! Le feu est vert ! Vous êtes sélectionné ! On vous attend ! Vous y allez ! La découverte. Le grand plaisir de montrer votre travail à d’autres publics moins partisans qu’au pays. Vous voilà mis en danger. En déséquilibre. Il faut alors réaliser un sans-faute, une prestation artistique forte pour en retirer un maximum sur le plan humain et convaincre ces nouveaux spectateurs, tout en consolidant l’avis du jury de sélection, lui certifiant qu’il a très bien agi en vous faisant venir, parfois de très loin.

C’est une nouvelle conquête artistique, une étape de plus dans votre cheminement théâtral.

C’est dans ces moments intenses qu’un(e) comédien(ne) prend conscience de la valeur de son engagement, qu’un metteur en scène saisit les champs possibles de réceptions diverses et que le scénographe, avec l’équipe technique, invente, innove, adapte, recrée en fonction de nouveaux lieux d’accueil. Quel plaisir ! Quelle joie !

Et puis, les Festivals (bien choisir celui où l’on s’inscrit pour être en phase, selon les genres) donnent à voir d’autres productions, par d’autres compagnies qui viennent d’autres pays : là aussi, c’est formation continuée. Une autre façon de jouer, un rythme différent, un répertoire souvent différent de chez nous, des idées de mises en scènes novatrices : tout y est. On ouvre grand les yeux, on en prend plein les oreilles et on enregistre tout sur la mémoire de son disque dur avant de rentrer.

Les voyages forment la… ?

Évidemment. Il y a un avant festival et un après festival. Le groupe n’est plus le même, il est plus fort, plus serein, plus modeste aussi, mais infiniment plus sûr de lui, plus déterminé dans ses choix et ses envies. La vibration artistique qui prolonge l’après des festivals inonde, de façon souriante, le travail des répétitions et le temps des représentations. On en était. On l’a fait. Le groupe devient adulte : il joue moins, il est, davantage encore. C’est ça le théâtre, au fond. La vie.

Pour le THEATRE2000

Bernard Gillard

P.S. 1 : Mieux vaut trouver la perle rare pour faire le job et le suivi de l’aspect administratif entre le festival et la troupe. (Voyage, transports, lieux de représentations, technique, fiche technique, hébergements, repas, régies, droits d’auteurs, photos, droits à l’image, etc.).

P.S. 2 : Mieux vaut disposer d’un petit pécule en caisse, tous les frais n’étant pas couverts à 100 %. Mais cela, c’est anecdotique par rapport au retour humain et artistique.



Share

Tout ou Rien dans La Libre Belgique du 12 Septembre 2017

Charleroi : « Tout ou rien », pièce carolo multi-primée

La Libre.be

Hainaut La pièce de théâtre est de retour au pays avec des prix internationaux.

Le spectacle muet « Tout ou rien », créé à La Ruche Théâtre de Marcinelle il y a un an et qui n’a été joué qu’une fois chez nous, est de retour au Pays Noir.

La troupe Théâtre 2000 sort d’une longue tournée en France et en Suisse. Et les comédiens reviennent avec un prix prestigieux : la première place à l’édition 2017 du festival international « La Tour en Scène », en Suisse. Le festival de Marrakech s’est quant à lui annoncé intéressé aussi par la suite.

« Le pitch est simple : ce sont neuf comédiens en scène, ils sont dans une salle d’attente et ils attendent, explique Lola Destercq, une des actrices du spectacle. Et en fait, il se passe plein de trucs, mais vu que le spectacle est muet, tout passe par le corporel. On peut deviner la personnalité des gens, les gestes, mais aussi l’individualisme et l’égoïsme de l’homme : on voit jusqu’où l’homme est prêt à aller s’il a quelque chose à y gagner. »

Absurde et burlesque

Mais assister aux 75 minutes (sans entracte) que dure ce spectacle, c’est aussi pour la comédie. Parce que « Tout ou rien » se veut absurde et burlesque. Avec une pointe de rêve. « Par moments, on entre dans la tête du personnage, par exemple, l’un d’eux est très maladroit, mais dans son rêve il devient un danseur étoile gracieux. »

Inspiré d’une pièce d’Eric de Staercke, « Nothing Rien Niks Nada », pour l’idée de la salle d’attente, la comparaison s’arrête là : tout a été créé à base d’improvisation de cette petite troupe amateur, Théâtre 2000, et retravaillé par la suite. « On voulait repasser ici, pour que les Carolos puissent retrouver le spectacle qu’ils ont manqué il y a un an, et peut-être en mieux, maintenant que la pièce a bien tourné à l’étranger. »

La pièce sera jouée à l’Eden, ces vendredi 15 et samedi 16 à 20 h 30, et ce dimanche 17 septembre à 16 heures.

Réservations (13€ la place, 10€ pour les -26 ans) au 0499.415.417 ou theatre2000@hotmail.com.

Share

« Tout ou Rien » fait l’ouverture du Festival International de Théâtre d’Amateur de Namur

Le Tap’s organise tous les deux ans le Festival International de Théâtre d’Amateurs qui rassemble à Namur une dizaine de compagnies issues des quatre coins du monde, dans une ambiance conviviale qui favorise les découvertes multiculturelles.

THEATRE 2000 a été sélectionné pour ouvrir ce festival le mercredi 23 août, à partir de 20:30 à la salle Marlagne (chemin des Marronniers, 26 à Wépion), avec son spectacle original « Tout ou Rien ».

Cette représentation sera également l’occasion de présenter les compagnies du festival et un verre de l’amitié sera offert à l’issue du spectacle.

Le programme complet du festival: Programme FITA Namur

Share

Tout ou Rien

Inspiré de « Nothing Rien Niks Nada » du « Panach’Club ».

Le dernier spectacle du THEATRE 2000, une vraie création toute en situations. Neufs chaises suffisent pour camper nos espoirs, nos inquiétudes, nos envies et nos refus. Bref, neuf personnages bien fiers, bien seuls. Et lorsque le contact s’établit, ça fait mal ! Donc, ça fait rire…

Un spectacle muet qui parle tout seul.
Du théâtre jouissif, gonflé d’absurde et d’humour burlesque.
Une salle d’attente, des gens qui attendent. Ils sont 9 … à attendre on se quoi… pour aller on ne sait où…!
Ils viennent pour « TOUT », il ne se passe … « RIEN » !

L’attente devient insupportable et exacerbe les individus, les met face à eux-mêmes. Tant de questions se posent : l’égoïsme, l’ambition personnelle, sa propre place…

Malgré les différences et l’ambition de chacun, tous finissent par se retrouver au même tournant, à partager un même instant avec l’autre, avec les autres, confrontant leurs égos, avant la fin,

Comme des voyeurs, les spectateurs se retrouvent coincés avec eux dans cette mystérieuse salle d’attente et… c’est le rire qui les décoince.
Spectacle mimodramatique loufoque, « Tout ou Rien », une drôle de fable sur le drame de l’égoïsme, une pièce avec « rien » qui nous raconte « tout ».

Adaptation et mise en scène: François Langlois.

Share